Punk’s not dead: le retour des groupes anglais

Shame lors du dernier festival de Dour. Groupe majeur en devenir
?
Shame lors du dernier festival de Dour. Groupe majeur en devenir ? - Mathieu Golinvaux/Le Soir

On l’imaginait terré chez sa mère ou dans un HLM miteux à ressasser les glorieuses années de lutte. Voire, plus vraisemblablement, mort et enterré six pieds sous terre, sans un bruit, sans un mot. Mais voici ce que 2018 a révélé : le punk anglais n’est pas mort. Il est même de retour, jeune, fringuant et terriblement excitant ! Une nouvelle génération a pris les guitares pour les faire hurler de rage et de désespoir. C’est que, contrairement aux précédentes (celle d’Oasis, celle des Libertines et Arctic Monkeys), elle se sent concernée par ce qui se passe dehors, dans les rues de la cité, s’étant réveillée avec la gueule de bois de l’Angleterre post-Brexit. Fini de comater. Voici donc de jeunes punks politisés comme il n’y en avait plus depuis… The Clash ? Pour ajouter à la surprise, ces jeunes gens parviennent à se faire entendre par-delà le rap et les frontières. Revue des troupes avec quatre groupes qui se sont manifestés cette année.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct