Enseignement: les syndicats veulent un vaste refinancement

«
Tout indique qu’on ne peut échapper à une discussion sur un refinancement généralisé de l’enseignement
», selon Eugène Ernst, secrétaire général de la CSC Enseignement. © Joakeem Carmans.
« Tout indique qu’on ne peut échapper à une discussion sur un refinancement généralisé de l’enseignement », selon Eugène Ernst, secrétaire général de la CSC Enseignement. © Joakeem Carmans.

Pour les uns, le document a l’allure d’une liste de saint Nicolas. Pour les autres, il ne traduit que des demandes bien légitimes. Pour tous, c’est le point de départ d’une longue négociation…

Ce mercredi, gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, pouvoirs organisateurs des réseaux d’enseignement et syndicats du secteur vont ouvrir le bal de la grande discussion biennale. Objectif : aboutir, dans les trois mois, à un nouvel accord sectoriel. Le calendrier, imposé par décret, s’inscrit tout à la fois dans un bon et un mauvais timing. Un bon, parce que le gouvernement sortant pourrait « être tenté de faire plaisir » à l’immense communauté d’enseignants (elle pèse tout de même 100.000 électeurs). Un mauvais, parce que le même gouvernement pourrait refiler la patate chaude à ceux qui lui succéderont après les élections de mai 2019.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct