Jazz manouche de père en fils aux Djangofolllies

Alexandre Cavaliere se produira en famille, dans un band comprenant trois pères et trois fils, lors de cette édition des Djangofolllies.
Alexandre Cavaliere se produira en famille, dans un band comprenant trois pères et trois fils, lors de cette édition des Djangofolllies. - Christophe Danaux

L e jazz manouche est souvent écouté par vague, analyse le violoniste belge Alexandre Cavalière. Il y a des moments où les gens en écoutent moins et puis ça revient, mais grâce à des musiciens comme Thomas Dutronc ou Sanseverino, cette musique est remise au goût du jour. Elle apporte quelque chose de différent de ce qu’on entend à la radio aujourd’hui, quelque chose dont on a besoin. » C’est probablement cette quête de l’« autre chose » qui explique le succès croissant que rencontre le festival des Djangofolllies depuis 25 ans. Fort de son éclectisme, la programmation proposera cette année 33 concerts réunissant jeunes talents et musiciens chevronnés dans pas moins de 27 salles de Flandre, de Wallonie et de Bruxelles.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct