Charleroi: cure de jouvence pour les vieilles rames du métro urbain

Le matériel roulant du métro de Charleroi approche de la quarantaine d’années. Les signes de fatigue sont nombreux.
Le matériel roulant du métro de Charleroi approche de la quarantaine d’années. Les signes de fatigue sont nombreux. - Bruno D’Alimonte.

Des pannes qui se multiplient, des rames qui circulent sans chauffage à cause de la présence de joints en amiante près des souffleries de ventilation, des caisses rongées par la corrosion et des gaines de câblage électrique attaquées par l’humidité : c’est un tableau apocalyptique que le permanent CSC Services publics du métro de Charleroi dresse des rames en exploitation. « Il en manque huit à neuf pour assurer un service normal sur l’ensemble du réseau, assure Patrick Devos. Leur modernisation arrive trop tard. L’état du parc est catastrophique. » Moins pessimiste, son collègue de la CGSP Serge Delchambre insiste sur la qualité du travail des mécaniciens métro du TEC. « Ils réussissent à faire des miracles, usinent des pièces qu’on ne fabrique plus pour faire rouler les trams. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct