Chine et économie, les défis du nouveau chef de gouvernement taïwanais

C’est un homme d’expérience, Su Tseng-chang, qui devra mener Taïwan aux élections de 2020.
C’est un homme d’expérience, Su Tseng-chang, qui devra mener Taïwan aux élections de 2020. - Reuters.

L a Chine doit être réunifiée et elle le sera  ». Le 2 janvier dernier, le président chinois Xi Jinping avait prévenu Taïwan qu’il n’hésiterait pas à recourir à la force pour combattre ceux qui prétendraient déclarer l’indépendance de l’île. L’onde de choc de ce discours n’a pas fini de faire bouger les lignes à Taïpei.

La présidente Tsai Ing-wen était sortie affaiblie des élections locales de fin novembre largement remportées par le parti d’opposition du Kuomintang (KMT) : sa cote de popularité avait chuté à 20 %. Mais dans les heures qui ont suivi le discours de Xi, elle avait pris la parole, confirmant que jamais elle n’accéderait à la demande de Pékin qui veut la voir reconnaître le « consensus de 1992 » selon lequel « il n’y a qu’une seule Chine ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct