En Grèce, Angela Merkel porte la repentance allemande… sans réparations

Garde d’honneur pour Angela Merkel et Alexis Tsipras avant leur entretien, jeudi à Athènes.
Garde d’honneur pour Angela Merkel et Alexis Tsipras avant leur entretien, jeudi à Athènes. - Photo News.

Depuis Athènes,

Lors de sa visite de 24 heures à Athènes, la première depuis 2014, la chancelière allemande Angela Merkel a exprimé, ce vendredi, la repentance de son pays à plusieurs reprises. L’Allemagne «  assume complètement la responsabilité des crimes  » commis par les nazis en Grèce pendant la Seconde Guerre mondiale, a-t-elle déclaré. Ou encore : «  Nous sommes conscients de notre responsabilité historique. Nous savons aussi quelle souffrance nous avons infligée à la Grèce (…) durant la période du national-socialisme. » Il est vrai que cette «  souffrance  » a laissé des traces indélébiles en Grèce… et que cette mémoire a été réactivée face à une Allemagne imposant l’austérité aux Grecs.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct