Le biopropane se rêve en successeur du mazout

Le biopropane se rêve en successeur du mazout
René Breny.

Le mazout n’a plus la cote. Certains veulent même sa peau. « Aucune nouvelle chaudière au mazout ne sera plus vendue à partir de 2035, sauf si aucune alternative n’existe à ce moment-là », concluaient les quatre ministres de l’Energie du pays fin 2017, dans leur pacte énergétique. La fin de la commercialisation des chaudières au mazout est clairement sur la table. Côté wallon, on se tient à l’échéance 2035. A Bruxelles, la ministre Céline Fremault (CDH) veut même aller plus vite. « Pour atteindre nos objectifs de réduction des gaz à effet de serre, la Région bruxelloise a décidé de ne pas prendre en otage les citoyens en interdisant l’utilisation des chaudières à mazout mais bien d’interdire toute nouvelle installation dès 2025. Afin d’encourager les installations d’alternatives plus durables, les Bruxellois disposeront d’une prime de remplacement dès 2021 », explique la ministre.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct