Trois returnees sur quatre ne sont plus jugés dangereux

© Reporters
© Reporters

Sur les 100 combattants étrangers qui sont revenus en Belgique depuis la Syrie, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam) estime qu’un quart présente encore un risque terroriste sérieux, écrit mardi Het Laatste Nieuws.

Selon le directeur de l’Ocam Paul Van Tigchelt, le risque est actuellement plus élevé parmi les personnes radicalisées qui ne sont jamais parties et qui n’ont souvent pas eu de contact avec un groupe terroriste. «  Ces personnes ont des problèmes psychologiques ou autres et se laissent facilement influencer par la propagande – pas seulement djihadiste. Dans de nombreux pays, on voit que ces personnes sont aussi récupérées par l’idéologie d’extrême droite. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct