Procès du Musée juif: « Nemmouche n'est pas la personne qui a appuyé sur la détente», affirme la défense

© Reuters
© Reuters

M ehdi Nemmouche n’est pas la personne qui a appuyé sur la détente et nous allons vous énoncer certaines preuves qui le démontrent», a déclaré Me Henri Laquay, lisant l’acte de défense de Mehdi Nemmouche, mardi après-midi, devant la cour d’assises de Bruxelles, lors du procès de l’attentat au Musée juif en mai 2014.

«La première preuve de l’innocence de Mehdi Nemmouche est que le tireur a manipulé par trois fois la porte d’entrée du musée. Or, l’ADN de Mehdi Nemmouche n’est pas sur cette porte», a déclaré Me Laquay. «Et il apparaît de l’analyse des images de vidéo-surveillance que le tireur ne portait pas de gants.»

L’ADN de l’accusé n’a pas non plus été retrouvé sur la détente du revolver qu’il avait dans sa veste au moment de son arrestation, alors que le tueur a utilisé ce revolver, a souligné le pénaliste.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct