lesoirimmo

Le changement, l'obsession des slogans politiques

Le mois dernier, sur le plateau de la VRT, l’animateur de télévision Tom Lenaerts (à dr.) est sorti de ses gonds face à Peter De Roover (N-VA, à l’avant-plan) et Kristof Calvo (Groen), dont la mésentente sur le Pacte migratoire de l’ONU fut la parfaite illustration de l’impuissance de la classe politique actuelle.
Le mois dernier, sur le plateau de la VRT, l’animateur de télévision Tom Lenaerts (à dr.) est sorti de ses gonds face à Peter De Roover (N-VA, à l’avant-plan) et Kristof Calvo (Groen), dont la mésentente sur le Pacte migratoire de l’ONU fut la parfaite illustration de l’impuissance de la classe politique actuelle. - © VRT.

Les élections approchent, ce qui veut dire qu’en tant qu’électeur, on peut s’attendre à deux attitudes fondamentales des partis politiques, exprimant les deux proto-positions politiques : soit ils donneront l’espoir de réaliser un changement, soit ils inspireront la confiance dans la poursuite de leur politique. Le premier sentiment se traduit dans un slogan tel que «  Avec cet homme tout va changer  » ; le deuxième dans le slogan «  Pas de revirement  ». La position de chaque parti politique peut être réduite à une variation sur un de ces deux slogans. C’est aussi la conclusion d’un petit bouquin, Vijftig jaar stemmenmakerij : 17 verkiezingscampagnes 1946-1995  » (50 ans de scrutins : 17 campagnes électorales entre 1946 et 1995) de feu Hugo De Ridder, journaliste politique au Standaard.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct