Les éoliennes citoyennes gagnent sur le terrain fiscal

Produire de l’électricité à partie d’une énergie renouvelable, c’est bien, mais que les dividendes reviennent aux riverains des unités de production, c’est mieux.
Produire de l’électricité à partie d’une énergie renouvelable, c’est bien, mais que les dividendes reviennent aux riverains des unités de production, c’est mieux. - Michel Tonneau

C’est un combat singulier qui aura duré plusieurs années, entre la commune de Houyet – entre Dinant et Rochefort – et une ASBL pionnière en matière d’éolien citoyen, celle qui a implanté à côté du village de Mesnil-Eglise ce qu’on a appelé la première « éolienne des enfants » de Wallonie. Un projet totalement coopératif. Il s’accompagnait d’ailleurs d’un business plan qui tenait la route, a été longtemps prospère. Jusqu’à ce que la commune en manque de moyens décide, comme le permettait la législation wallonne, de taxer ce type d’éoliennes plus petites au même titre que celles que l’on croise habituellement dans le paysage, et qui rapporte 5 fois plus à leurs propriétaires. Vent de colère au sein de l’ASBL. Et action en justice dans la foulée. La commune – qui, depuis octobre, a changé de majorité – fait marche arrière. Avec effet rétroactif, la taxe pour les années litigieuses étant ramenée de 12.500 à 4.000 euros. Et à partir de 2019, il n’y aura plus de taxe du tout.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct