La paternité, à la vie, à la mort

Desplanques, journaliste et écrivain.
Desplanques, journaliste et écrivain. - D.R.

Il n’y a que ceux qui n’ont pas eu de père ou jamais eu d’enfant que ce roman ne touchera pas. Et ceux qui n’ont jamais connu le deuil. Primo-romancier en 2013 avec Si j’y suis, puis nouvelliste avec Une chance unique, l’ancien journaliste de Télérama Erwan Desplanques s’offre un passage sur le divan et un détour par le récit autobiographique, sous un titre en trompe-l’œil.

S’il y a de l’Amérique dans ce roman, ce n’est qu’en toile de fond, voire dans un passé que l’auteur laisse, effectivement, derrière lui quand son père, passionné des Etats-Unis, meurt en quelques mois.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct