Emmanuel Guibert, reporter de l’intime

Emmanuel Guibert dessine ce qu’il y a derrière les clichés.
Emmanuel Guibert dessine ce qu’il y a derrière les clichés. - ALBERTO PIZZOLI / AFP.

Auteur libre à la plume insaisissable, Emmanuel Guibert peut tout raconter, tout dessiner. Il a fait ses classes sur le tas, dans Lapin , la revue de l’underground français. L’artiste a appris à peindre sur papier, sur bois, sur tissu, à l’encre, à l’huile, à l’aérosol, à l’essence de kaki. Avide d’expériences, il aime brouiller les pistes pour le seul plaisir de la découverte en jouant avec les certitudes du lecteur. Dans son chef-d’œuvre, La Guerre d’Alan , il dessine l’hypocrisie majeure de la Seconde Guerre mondiale à travers le témoignage d’un retraité de l’armée américaine dont la petite histoire fait réfléchir à la grande. La guerre dessinée par Emmanuel Guibert ne s’écrit pas dans la mythification des batailles mais dans l’intimité du vivant.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct