Une base électorale (trop?) étroite

Pour Laurence Nardon, le clientélisme de Donald Trump, qui lui a plutôt bien réussi jusqu’ici, pourrait se retourner contre lui en 2020, lors des prochaines élections présidentielles américaines. C’est que, dans le camp d’en face, on a sonné le rassemblement.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct