Allemagne: le parti d’extrême-droite dans le viseur du service de renseignements

Alexander Gauland, co-président de l’AfD, est aussi l’idéologue du parti d’extrême-droite.
Alexander Gauland, co-président de l’AfD, est aussi l’idéologue du parti d’extrême-droite. - Reuters.

Depuis Berlin,

En écartant les représentants de l’aile libérale et eurosceptique, les identitaires du parti AfD (Alternative pour l’Allemagne) ont pris le pouvoir sur les modérés. L’extrême-droite allemande se radicalise. Antisémites, racistes, avec des velléités anticonstitutionnelles et antidémocratiques, les cadres dirigeants entretiennent une proximité avec les groupuscules néonazis.

C’est la conclusion inquiétante du rapport de l’Office fédéral de protection de la Constitution (« Verfassungsschutz ») dont des extraits ont filtré dans la presse allemande. Environ 180 discours de 50 cadres ont été analysés par les services du renseignements sur ce parti qui a obtenu 12,6 % aux dernières élections législatives et qui est devenu le premier parti d’opposition à l’Assemblée fédérale (Bundestag).

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct