Le cri de colère des directeurs d’école

©D.R
©D.R

Les directeurs des écoles fondamentales (maternelles et/ou primaires) du réseau libre de la Fédération Wallonie-Bruxelles en ont assez. Ils sont 800, du nord de la capitale au sud de la Wallonie. Tous se disent fatigués… de ne pas être entendus par le monde politique. Ils viennent de mettre le point final à un cahier de revendications à destination du prochain gouvernement.

Que demandent-ils ? Plus d’argent, un refrain connu, mais surtout davantage de moyens techniques, administratifs et pédagogiques pour mener à bien leurs missions. Des moyens calqués sur ceux dont bénéficie le réseau secondaire.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct