Carlo Di Antonio: «La gratuité, cela se paie...»

Carlo Di Antonio: «La gratuité, cela se paie...»
Roger Milutin.

La mobilité gratuite est-elle envisageable chez nous, à l’échelle wallonne, de Mouscron à Virton et de Chimay à Eupen ?

Contacté, Carlo Di Antonio, le ministre wallon de la Mobilité et des Transports, relève que certaines villes ou partis politiques l’ont déjà questionné ou testé à ce sujet mais que tout en est resté là. « Car il subsiste une évidence : si c’est gratuit pour les usagers, il faut quand même que quelqu’un paie les chauffeurs, le matériel, les infrastructures, l’énergie… Lors des négociations pour une majorité à Charleroi, le PTB avait dit sa volonté de voir les transports publics gratuits sur le territoire communal. Mais quand on demande : “Qui paie ?”, c’est autre chose ! Cela aurait coûté 7 à 8 millions d’euros à la Ville. Ce n’est pas possible, ni pour la Ville, ni pour la Région wallonne... »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct