Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.
Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart. - Igor Preys/belga

Mehdi Nemmouche est assurément un procrastinateur qui entend reporter à l’ultime minute du dernier jour de son procès la prise de parole qu’il promet depuis quatre ans.

La juge d’instruction Bernardo-Mendez l’a rappelé lors de son audition devant la cour d’assises de Bruxelles qui juge le tueur présumé du Musée juif, le 24 mai 2014. Lorsqu’elle lui délivre un mandat d’arrêt « pour assassinats dans un contexte terroriste » le 30 juillet 2014, après son transfèrement depuis la France, ses deux avocats Mes Sébastien Courtoy et Henri Laquay, qui ont assisté à l’audition, n’émettent aucune remarque : « A partir du moment où j’expose que Monsieur s’expliquera devant ses juges de la cour d’assises, je n’ai rien d’autre à dire sur Ie mandat d’arrêt », dit l’un d’eux, fixant ainsi, 4 ans avant le procès, la stratégie mutique que Nemmouche s’applique à respecter.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct