Européennes: pourquoi l’extrême droite devrait se méfier des gilets jaunes

Plus discrète que Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen profitait de la crise des gilets jaunes... jusqu’à ce qu’ils présentent une liste aux européennes.
Plus discrète que Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen profitait de la crise des gilets jaunes... jusqu’à ce qu’ils présentent une liste aux européennes. - AFP

Ils étaient guettés avec fébrilité ou attendus de pied ferme. Le suspense s’est achevé ce mercredi soir : il sera bel et bien possible de voter pour des gilets jaunes aux élections européennes de mai. Une frange du mouvement de contestation français, si critique à l’égard des partis politiques et du fonctionnement des institutions, a constitué une liste et a annoncé son intention de présenter sa candidature. A sa tête, Ingrid Levavasseur, 31 ans, résidant dans l’Eure, et l’une des figures du mouvement social. Cette aide-soignante avait fait parler d’elle à la fin de l’année pour avoir accepté, puis refusé suite à des menaces, un poste de chroniqueuse « gilets jaunes » pour BFMTV.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct