Marek Halter: «C’est la mort qui m’a mobilisé, je hais la mort»

«
J’aime bien cette idée d’être révolté, d’être aux aguets, d’être cette sentinelle dont parle Kafka dans  Le Procès 
».
« J’aime bien cette idée d’être révolté, d’être aux aguets, d’être cette sentinelle dont parle Kafka dans Le Procès ». - Bruno DALIMONTE.

Marek Halter a perdu son épouse et sa compagne de lutte voici quelques mois. Alors que la mort rôdait autour de lui, il a voulu écrire ses mémoires. Le résultat – certifié conforme par l’auteur – donne à voir une vie de luttes, de rencontres, d’heureux hasards, anime une galerie de portraits mais fait surtout sentir plus de trois quarts de siècle.

« Je rêvais de changer le monde » : c’est le titre de votre livre, qui se présente comme des mémoires. Avez-vous réussi à changer ce monde ? Est-ce qu’aujourd’hui vous avez renoncé à encore l’améliorer ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct