Shutdown: un deuxième mois sans salaire pour les fonctionnaires américains

Des assiettes vides qui en disent long et un message
: «
Pas de mur, relâchez les plus de 800.000 otages
».
Des assiettes vides qui en disent long et un message : « Pas de mur, relâchez les plus de 800.000 otages ». - AFP.

Depuis New York

Jusqu’ici, le chef Jose Andres concentrait son attention sur les zones frappées par les catastrophes naturelles : Haïti, Porto Rico, la Floride et même la Californie après les feux de forêts. Carrure imposante, yeux d’un bleu délavé, ce cuisinier d’origine espagnole, qui a fondé l’association caritative World Central Kitchen en 2010, ne se prive pas de dénoncer « la prise d’otage » du peuple américain « par un gouvernement supposé lui venir en aide ». Depuis le 16 janvier, ses food trucks se multiplient dans les rues de Washington et des grandes villes américaines, pour une autre mission : donner un repas chaud à des centaines de milliers de fonctionnaires américains privés de salaire.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct