«Too good to go», l’application anti-gaspillage

Jonas Malisse, qui a lancé la version belge de «
Too good to go
» attend sa portion du jour chez Woest, sympathique cantine gantoise et l’un des premiers partenaires de l’entreprise. Ils sont 1.450 restaurants, boulangeries et enseignes de la grande distribution à collaborer aujourd’hui avec la jeune application.
Jonas Malisse, qui a lancé la version belge de « Too good to go » attend sa portion du jour chez Woest, sympathique cantine gantoise et l’un des premiers partenaires de l’entreprise. Ils sont 1.450 restaurants, boulangeries et enseignes de la grande distribution à collaborer aujourd’hui avec la jeune application.

B onjour, je viens chercher… Euh, en fait, je ne sais pas exactement de quoi il s’agit. Une portion « Too good to go » ? » Se rendre dans un supermarché sans savoir quels achats on a réalisé, une grande première pour nous. Le personnel du Proxy Delhaize dans lequel on débarque a, heureusement, lui, l’habitude. « Venez par ici, on va vous laisser choisir, comme ça vous emportez ce que vous aimez. »

Devant nos yeux : des légumes, des fruits, du pain, des pâtisseries, des jus frais, des sandwichs et salades fraîches. Même des sushis. Un peu de tout de ce qui ne se trouvera plus dans les rayons le lendemain matin. On repart le sac à dos plein à craquer. En ligne, le coût de notre panier « surprise » n’était pourtant que de 3,99 euros. De la magie ? Du bon sens, plutôt.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct