Des soirées pour que Wikipédia manque un peu moins de nanas

Une quinzaine de volontaires tente de contrer le «
gender gap
» observé sur Wikipédia.
Une quinzaine de volontaires tente de contrer le « gender gap » observé sur Wikipédia. - Sylvain Piraux/Le Soir

Elles s’appellent Zoe Adamovicz, Nathalie Gaveau ou Alisa Chumachenko. Ces noms ne vous évoquent rien ? Ne cherchez pas : même Wikipédia ne les connaît pas (encore). Et pourtant, ces trois femmes ne sont pas n’importe qui. Le magazine Forbes les identifie parmi les femmes les plus influentes du monde de la tech en Europe. 70 % des femmes de cette liste, qui compte cinquante pointures du numérique – avec ou sans talons hauts – n’ont pas de page Wikipedia. Ce soir-là, dans un local du centre de Bruxelles, une quinzaine de volontaires tentent de contrer, à leur échelle, ce « gender gap » (« fossé de genre »). Un premier entraînement en vue de l’événement organisé par Be Central, « campus digital », rassemblant plusieurs start-ups et Wikimedia Belgium, ce mardi 29 janvier. Le « wikithon », intitulé « Hack the gender gap », entend en effet créer, en une soirée, un maximum de notices de femmes sur l’encyclopédie collaborative en ligne.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct