Christophe Brognaux: «Face au réchauffement climatique, chaque pays peut agir, même en solo»

Q uand j’ai commencé à travailler sur la transition écologique, j’étais convaincu que l’on se trouvait face à ce que la théorie des jeux appelle le “dilemme du prisonnier” – une situation où deux joueurs auraient intérêt à coopérer, mais ne le font pas parce qu’ils n’ont pas confiance l’un dans l’autre. Autrement dit : qu’un pays qui mettrait en œuvre des mesures ambitieuses de lutte contre le réchauffement, alors que ses voisins ne le font pas, minerait la compétitivité de ses entreprises et asphyxierait son économie. Cette croyance est, en bonne partie, fausse », entame d’emblée Christophe Brognaux, senior partner au Boston Consulting Group.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct