Les politiques climatiques n’ont pas que des amis, notamment à la N-VA

© Belga
© Belga

Même si la mobilisation des jeunes et des moins jeunes continue de surprendre, leurs revendications ne passeront pas toutes comme une lettre à la poste. C’est que dans certains partis politiques et milieux économiques, tout scepticisme n’a pas disparu. Le climatoscepticisme pur et dur a du plomb dans l’aile. Il est loin (mars 2012) le temps où la Chambre auditionnait quelques « experts » remettant en cause l’existence des changements climatiques ou la pertinence des travaux du Giec. La multitude d’études scientifiques confirmant la réalité du réchauffement et les impacts pour le système climatique mondial ont écrasé les voix discordantes. Même si les sceptiques d’alors, qui inspirent encore des partis politiques traditionnels, n’ont pas ouvertement renié leurs vieilles déclarations, notamment sur une soi-disant « pause » du réchauffement à la fin des années 90, il ne se trouve plus personne de sérieux pour contester frontalement la science du climat et les faits qu’elle met au jour.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct