La fusion des zones de police revient régulièrement dans le discours flamand

Selon les bourgmestres et les chefs de corps, la collaboration est réelle entre les zones, qu’elle soit spontanée ou encadrée par des protocoles.
Selon les bourgmestres et les chefs de corps, la collaboration est réelle entre les zones, qu’elle soit spontanée ou encadrée par des protocoles. - Pierre-Yves THIENPONT.

Que ce soit les bourgmestres des 19 communes bruxelloises ou les chefs de corps des six zones de police, nul ne soutient la création d’une zone unique à Bruxelles, ressort-il d’une étude sur l’agrandissement des zones menée par l’Université de Gand à laquelle ont collaboré des personnalités du monde policier, dont l’ancien commissaire général Fernand Koekelberg et l’ex-chef de zone de Bruxelles-Capitale Guido Van Wymersch.

L’idée d’une fusion à Bruxelles est chère au monde politique flamand. Après les émeutes du nouvel an à Molenbeek, le ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem (CDV), l’avait remise à l’honneur.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct