Un Nemmouche retranché derrière son «droit au silence»

L’accusé a multiplié les échanges avec ses avocats au cours de l’audience de vendredi. © Belga.
L’accusé a multiplié les échanges avec ses avocats au cours de l’audience de vendredi. © Belga.

Détendu, souriant, un brin folâtre : c’est un tout autre Mehdi Nemmouche que le jury, soumis à une séance de projection de près de sept heures d’auditions vidéofilmées, a découvert vendredi. Lui qui depuis trois semaines est appelé à juger un accusé quasiment mutique.

Après son arrestation à la gare Saint-Charles de Marseille, le 30 mai 2014, le détenteur des armes qui ont fait feu à Bruxelles (un revolver et un fusil d’assaut de type Kalachnikov) a été interrogé à huit reprises dans les locaux de la DGSI avant d’être inculpé pour les quatre assassinats à caractère terroriste.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct