Le jeu vidéo s’expose comme média politique

«
Papers Pleas
»e permet d’incarner un garde-frontière chargé de filtrer les entrées dans une dictature communiste imaginaire et permet d’ouvrir le débat sur le thème de la migration.
« Papers Pleas »e permet d’incarner un garde-frontière chargé de filtrer les entrées dans une dictature communiste imaginaire et permet d’ouvrir le débat sur le thème de la migration. - Bruno D’Alimonte

Comment survivre en tant que civil pendant un conflit armé ? Comment avouer son homosexualité à ses proches ? Comment est fabriqué le téléphone sur lequel on joue, des mines africaines de métaux rares aux usines d’assemblage chinoises. Autant de questions posées par les jeux exposés depuis le début du mois de janvier à l’ISELP, institut des arts contemporains à Bruxelles.

Le projet, monté par le Gœthe-Institut et le ZKM (Zentrum für Kunst und Medien, Karlsruhe) expose 18 jeux vidéo depuis 2016 dans le monde et entend démontrer que le jeu est un moyen comme un autre de conscientiser le public aux questions politiques.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct