Werk ohne Autor Un grand film beau, fort et émouvant

<span>Werk ohne Autor</span> Un grand film beau, fort et émouvant

« Ne détourne pas le regard, tout ce qui est vrai est beau. » Le cinéma de Florian Henckel von Donnersmarck a quelque chose de sensible, de beau, de vrai. Onze ans après son Oscar pour La vie des autres, le réalisateur allemand prouve une fois encore son talent et sa vision avec Werk ohne Autor, qui parle tant de la société que de l’art et de la vie.

Inspiré par la vie du peintre allemand Gerhard Richter, le film raconte le destin de Kurt (Tom Schilling), jeune étudiant en art, dont la vie sera hantée par le régime nazi, puis communiste. Tout commence à Dresde en 1937. Le petit Kurt découvre une exposition d’art moderne (appelé « art dégénéré » sous le régime nazi…) avec sa tante Elizabeth (l’incroyable Saskia Rosendahl). La première étape d’un parcours complexe où le petit garçon deviendra homme… et artiste.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct