Une intime conviction Un film sec, précis, haletant

<span>Une intime conviction</span> Un film sec, précis, haletant

C’est un film de procès comme on en voit rarement dans le cinéma français. Il faut se laisser happer jusqu’au vertige, oublier tout ce que le cinéma US nous a fait croire dans le domaine et qui n’est pas applicable à la justice hexagonale.

Fidèle au procès en appel de Jacques Viguier, prof de droit accusé d’avoir tué sa femme alors que le corps de celle-ci n’a jamais été retrouvé, Antoine Raimbault plonge le spectateur dans la complexité de la machine judiciaire, façon thriller. Le spectateur se sent vite en empathie avec Nora (Marina Foïs), convaincue de l’innocence de Viguier – c’est son intime conviction – et qui harcèle un ténor du barreau (Olivier Gourmet) pour qu’il s’empare de l’affaire.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct