Grace, cinq mois en prison pour rien

Les conditions d’enfermement des personnes en détention préventives sont souvent moins favorables à celles des condamnés.
Les conditions d’enfermement des personnes en détention préventives sont souvent moins favorables à celles des condamnés. - Mathieu Golinvaux.

Grace Diallo (nom d’emprunt) sort de prison un matin d’octobre 2015. Accusée de trafic de drogue, elle a passé cinq mois et neuf jours en détention préventive, dans une cellule de la prison de Berkendael. Enfermée 161 jours, jusqu’à la décision du tribunal de première instance de Dinant de l’acquitter. «  Quand je suis sortie, cela a été très dur psychologiquement pour moi. Un choc, témoigne Grace, toujours éprouvée par son expérience carcérale. Ce n’est pas normal, ce que j’ai vécu. La justice n’a pas été correcte, et ça, ça donne la rage. Et le pire, c’est que je me dis que cela peut arriver à tout le monde  », souffle-t-elle.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct