Le zéro déchet estudiantin récompensé

Fini les emballages inutiles, la tendance est à la vente en vrac. Ici, une initiative d’élèves du secondaire, au centre éducatif de la Sainte union de Tournai.
Fini les emballages inutiles, la tendance est à la vente en vrac. Ici, une initiative d’élèves du secondaire, au centre éducatif de la Sainte union de Tournai. - Pierre-Yves Thienpont.

Pas moins de 418 kilos de déchets par tête de pipe. C’est la lourde poubelle annuelle du Belge. La faire maigrir est dans l’air du temps. Le zéro déchet est sorti de la marginalité pour s’installer sous la lumière favorable des médias et au cœur des préoccupations citoyennes. C’est ainsi que depuis quelques années, fleurissent les magasins de seconde main et les épiceries en vrac où l’on peut remplir ses bocaux et sacs réutilisables de l’exacte quantité de denrées dont on a besoin. Des bouchers acceptent désormais volontiers ce qui était inacceptable il y a moins de 10 ans : remplir les contenants apportés par les adeptes du zéro déchet. La conscientisation est en marche.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct