Quelle marge pour nos salaires: 0,8% ou 1,1% ou 1,8%?

Syndicats et patronat s’affrontent au sein du Groupe des dix sur la marge salariale. © Belga.
Syndicats et patronat s’affrontent au sein du Groupe des dix sur la marge salariale. © Belga.

La marge salariale est au cœur de l’accord interprofessionnel (AIP) ; mais sa définition n’est pas laissée à l’appréciation des interlocuteurs sociaux. Son mode de calcul est fixé par la loi de sauvegarde de la compétitivité, révisée en 2017. Selon le « rapport technique » du Conseil central de l’économie (CCE), dévoilé à la mi-janvier, les salaires du secteur privé pourront augmenter au maximum de 0,8 %, au-delà de l’indexation, en 2019 et 2020. C’est la douche froide sur le banc syndical, qui tablait sur 1,4 ou 1,5 %. Pour la FEB, en revanche, « la loi est la loi. » Ce mardi, dans Le Soir, Pierre-Frédéric Nyst, le président de l’Union des Classes moyennes (UCM), jugeait envisageable une marge de 1,1 %. Et Robert Vertenueil, le patron de la FGTB, expliquait à de L’Echo que la marge maximale aurait dû être fixée à 1,8 %, si l’on avait conservé l’ancien mode de calcul. Essayons d’y voir plus clair.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct