Le «centre courageux», le dilemme du CD&V

L’épisode de la démission de Joke Schauvliege, ex-ministre flamande de l’Environnement, a mis en exergue la volonté du président du CD&V Wouter Beke de ne pas affaiblir la position centriste du parti.
L’épisode de la démission de Joke Schauvliege, ex-ministre flamande de l’Environnement, a mis en exergue la volonté du président du CD&V Wouter Beke de ne pas affaiblir la position centriste du parti. - © Benoît doppagne/Belga.

Vendredi passé, le politicologue Kris Deschouwer de la Vrije Universiteit van Brussel (VUB) a pris sa retraite. Deschouwer fut pendant des années le politicologue le plus connu de Flandre, il accompagnait toutes les émissions électorales de la VRT. C’est lui qui a appris les Flamands à compter. Sur base d’un programme numérique, le professeur apparaissait au cours de la soirée pour annoncer – longuement avant que les résultats officiels ne soient disponibles – la composition du nouveau parlement. D’une seule traite, il nous expliquait les possibles ou impossibles, en s’appuyant sur sa connaissance vaste du monde politique belge. Ses premiers pas à l’écran, Deschouwer les avait faits quand les résultats étaient encore collés sur du carton ; les dernières élections qu’il accompagna furent celles de 2014.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct