Le trumpisme, du Prozac pour une certaine Amérique, blanche et déprimée

Le trumpisme, du Prozac pour une certaine Amérique, blanche et déprimée
© LEAH MILLIS/REUTERS.

Deux ans après son entrée à la Maison Blanche, Donald Trump est toujours là. Il le rappelle tous les matins en cliquant fébrilement sur Twitter. Le détricotage des mesures adoptées par son prédécesseur, Barack Obama, le guide de manière obsessionnelle, tout comme sa volonté de remettre en cause les principes et les institutions qui, après la Seconde Guerre mondiale, avaient assuré l’hégémonie et la crédibilité des Etats-Unis au sein du monde occidental.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct