Le régionalisme, un nationalisme médiocre

Le régionalisme, un nationalisme médiocre

J’ai dénoncé souvent ce que je considère être une dérive du MR, dangereuse pour ce qui fait l’essence de ce parti et qui le conduit vers le populisme, voire vers une droite fort peu démocratique. Mais de l’autre côté de l’échiquier, une dérive tout aussi dommageable menace le PS : le régionalisme.

Répétons-le : il y a, au MR comme au PS – et comme dans tous les partis démocratiques – des personnalités remarquables, compétentes, cohérentes, capables d’assurer le renouveau – et on regrette qu’Elio Di Rupo n’ait pas passé le relais à temps à Paul Magnette, qui incarne sans doute le mieux cette indispensable remise en état. Mais si le MR a prêté allégeance à la N-VA pendant presque toute la durée de la législature, n’opérant un divorce apparent que pour se refaire une virginité morale à quelques semaines des élections, une frange du PS est tout aussi proche des nationalistes flamands, même si cela se fait discrètement et dans une opposition de surface : celle qui, sous la conduite discrète de Jean-Claude Marcourt, défend un projet régionaliste comparable à celui de la N-VA, auquel contribuent au demeurant des responsables politiques des autres partis démocratiques liégeois, comme le révélait récemment Martine Dubuisson.

On peut d’ailleurs rappeler le soutien apporté par les nationalistes flamands au PS liégeois, lorsqu’ils ont refusé la levée de l’immunité parlementaire de Mathot  ; et les liens étroits et peu glorieux qui unissent, par-delà les frontières idéologiques et linguistiques, la N-VA et le PS liégeois, autour des dossiers mêlés d’Ogeo Fund, en Flandre, et de Stéphane Moreau à Liège, indice supplémentaire de la convergence des intérêts nationalistes flamands et régionalistes wallons.

Une avancée masquée

Première différence : la N-VA ne s’est jamais cachée de vouloir pour le moins un confédéralisme qui offrirait la plus grande autonomie à la Flandre, tandis que le PS a toujours affirmé vouloir défendre l’unité du pays. Ce n’est pas le projet de Marcourt, quand bien même ce serait celui du reste du PS. Et Marcourt pèse lourd en Wallonie. Ce dont il rêve : un État principautaire PS au sud du pays, autonome d’une Flandre qui ne s’occupera pas de ses affaires et libéré des contraintes d’une région bruxelloise trop critique.

Il y a quelques années déjà, Rudy Demotte avait voulu promouvoir l’identité wallonne. Aujourd’hui, Marcourt a fait de cette revendication l’étendard de son projet. Mieux vaut être premier dans son village que second à Rome : devise type du médiocrate qui oublie que César, auteur de cette maxime, considérait Rome comme son village.

Le 8 février dernier, Marcourt avouait dans une interview qu’il se voyait bien Ministre-Président wallon. Ce serait l’aboutissement d’un cheminement au cours duquel les mandats qu’il a exercés, parmi lesquels ceux de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, n’auront été que des marchepieds pour faire aboutir ce projet personnel. Je me focaliserai sur ces mandats-là, d’abord parce qu’en tant qu’académique, j’ai pu observer de très près leurs effets, ensuite parce qu’ils sont ceux que Marcourt a le plus instrumentalisés, dans le but de mettre sous tutelle l’enseignement supérieur et la recherche, et œuvrer au démantèlement de tout ce qui pouvait nuire à cette ambition.

Le projet de Marcourt

Les deux réformes phares de Marcourt, qui selon lui l’autorisent à briguer la présidence – le Décret Paysage de 2013 et le Décret de formation initiale des enseignants qui vient d’être approuvé –, ont été des instruments dans son combat régionaliste et contre les institutions d’enseignement supérieur et de recherche libres. Lorsqu’on analyse en profondeur son action, on découvre combien elle est à l’opposé de ses déclarations de principe : aucune transparence, aucun sens du service collectif, aucune équité. Le Décret Paysage, dénoncé par tous les acteurs concernés, a favorisé une triple logique : la territorialisation, la bureaucratisation et la néolibéralisation.

Une territorialisation microrégionaliste

Toute la politique de Marcourt se construit au profit de sa région : Liège. Elle a déjà pris le contrôle du Luxembourg et est en train de vassaliser Namur. Le très vaste Hainaut se voit attribuer la petite université montoise, tandis que les deux plus grandes universités du pays, l’ULB et l’UCLouvain, se trouvent cantonnées, l’une à Bruxelles et Charleroi, l’autre à Bruxelles et dans le Brabant wallon. Tout ceci mené dans une confusion d’intérêts totale : Monique Marcourt, directrice générale de l’administration de l’Université de Liège, est son épouse, et elle a bénéficié, comme l’ancien recteur de Liège, d’un décret fait sur mesure pour pouvoir rester deux années supplémentaires ; son chef de cabinet, Tony Pelosato, est commissaire du gouvernement au sein de L’Ares, l’agence centrale mise en place par le Décret… que Pelosato a en partie rédigé, une agence qui, bien que supposément indépendante du pouvoir politique, est en fait l’organe de contrôle sous la coupe du despote régional. Une autre preuve ? Celui qui dirige l’Ares, Julien Nicaise, n’est autre que l’ancien chef de cabinet adjoint de Marcourt. Heureusement, il y a encore des choses qui échappent au contrôle et le recteur finalement élu à l’ULg, Pierre Wolper, était tout sauf le candidat de Marcourt, lequel a tout fait pour empêcher cette élection.

Le Décret a aussi mis en place des pôles qui correspondent plus ou moins aux provinces et à la région bruxelloise. On aurait pu utiliser ces pôles pour inventer de nouvelles synergies, entre le Hainaut et le Brabant, par exemple. Mais dans la réalité, ces pôles n’ont servi que Liège ; l’ULB se retrouve coincée à Bruxelles et tout est fait pour accroître les tensions avec l’UCLouvain, la bête noire de Marcourt en Wallonie, seul obstacle à son rêve d’une université publique sous contrôle de la Région et de l’ULg. Un ensemble flou, sans identité ni autonomie, et surtout sans refinancement notable. Une preuve de cette ambition ? Les récents refus de l’Ares aux demandes d’habilitation de l’UCLouvain et de l’ULB pour la zone de Charleroi.

La bureaucratisation

L’Ares est un mammouth administratif qui est venu ajouter une couche au millefeuille institutionnel déjà excessif. Tout y est fait pour réduire l’indépendance des universités et des hautes écoles, lesquelles se retrouvent mises en concurrence les unes avec les autres. Diviser pour régner…

Ce que vise aussi cette mainmise administrative, c’est la réduction de la liberté académique. On rétorquera que l’article 8 du Décret consacre cette liberté, puisqu’elle l’étend à tous les membres du personnel des établissements d’enseignement.

Cette extension apparente est en fait une dilution et une altération. La liberté académique prend son sens dans l’exercice d’une activité académique ou scientifique, par essence critique et donc susceptible d’être menaçante, et donc potentiellement menacée. L’extension à tous les personnels vaporise sa spécificité et n’en fait qu’une liberté de parole comme les autres. Et de fait, les universitaires sont des empêcheurs de penser en rond, susceptibles de se mobiliser pour dénoncer les errements de nos politiques (récemment encore pour soutenir les jeunes engagés pour le climat par exemple). Précariser leur capacité de prise de parole critique permet dès lors de les affaiblir grandement et de favoriser encore plus l’hégémonie d’un discours unilatéral en provenance du politique, qui s’en trouve ainsi potentiellement moins contesté. Couplé à la bureaucratisation, ce processus de délitement de la capacité à agir et à s’exprimer des académiques limite la contestation du discours hégémonique. Ce faisant, Marcourt est en phase avec les membres les plus réactionnaires du MR et l’ensemble de la N-VA, pour qui les universitaires sont des ennemis à qui Theo Francken promettait « un boomerang dans la gueule » après que les recteurs se soient inquiétés de l’attitude du gouvernement dans l’affaire Mawda.

La néolibéralisation

Face à ces dangers, les universités et les autres établissements d’enseignement supérieur n’auront d’autre choix, pour échapper à l’emprise politique, que de se privatiser pour faciliter la gestion quotidienne et garantir un environnement de recherche et d’enseignement digne de leurs missions. Car c’est une autre catastrophe engendrée par le Décret : la flexibilisation à outrance des cursus étudiants, laquelle, paradoxalement, a aussi conduit à leur complexification outrancière, surcharge administrative qui retombe sur le dos des académiques, de plus en plus contraints d’assumer des tâches bureaucratiques qui ne sont pas, a priori, dans leurs compétences – et qui ne sont surtout pas ce que la société attend d’eux. Burnout, démission, dépression, désespoir… l’enquête de la CNE sur la surcharge entraînée par le décret est éloquente et sans appel. Un décret « fourre-tout de facilitation », promis mais toujours pas réalisé, a été confié à un groupe de travail de… l’Ares.

L’allongement des parcours étudiants, l’accroissement du nombre d’échecs – conséquences directes du Décret – augmentent la charge des universités et des hautes écoles, mais réduisent artificiellement les statistiques du chômage. Le niveau général a baissé et des centaines de professeurs ont manifesté leur colère contre un Décret absurde. Et l’on pourrait aussi citer le décret Open Access qui, en prétendant rendre les savoirs accessibles à tous gratuitement, revient en fait à mettre en place un accès au savoir à deux vitesses : ceux qui pourront payer pour que leurs articles sortent libres d’accès dans des revues de renom (on quitte la logique de l’abonnement que paye le lecteur, pour la logique du paiement par l’auteur afin que son texte soit diffusé), et un open access du pauvre, mis en ligne sur des supports de mauvaises qualités, mal édité, mais gratuit. Bref, c’est une validation sans nuance de la recherche dualisée.

Ce faisant le ministre donne un coup de pouce à l’université de Liège qui a développé, la première, un dépôt institutionnel en ligne – projet tout à fait remarquable au demeurant. Une fois encore, les initiatives de l’université liégeoise servent de modèles au Ministre qui, avec une bonne partie des dirigeants de l’ULg, rêve de faire de cette dernière une université de pure recherche appliquée, outil du redéploiement économique de la région – une université dévoyée de ses missions de recherches fondamentales, mais aussi notoirement moins libre de parole en son sein, comme en témoigne la récente démission des représentants du Corps académique de cette université suite à un discours de rentrée académique 2018-2019 visant le Ministre des pensions et qui a fait l’objet d’une critique vitriolée des autorités politiques.

Jacobinisme et politisation

L’autre décret de Marcourt, sur la formation initiale des enseignants (FIEE), vise à renforcer la division et la compétition entre les établissements d’enseignement supérieur. La cible obsessionnelle de Marcourt reste le réseau non officiel qui, par ce décret, voit les hautes écoles et universités obligées de se faire concurrence.

Un autre objectif poursuivi : l’affaiblissement financier – et pourquoi pas la faillite – de la Fédération Wallonie-Bruxelles, à cause du coût astronomique que représenterait cette réforme. Marcourt vise un transfert complet vers les régions, ce que la Wallonie pourra assumer, mais pas Bruxelles.

Le reformatage des universités et des hautes écoles vise à les rendre plus employables, plus professionnalisantes, plus appliquées, bref, plus susceptibles d’être complémentaires à un mythique redéploiement économique wallon à courte vue, qui néglige le fait que les véritables révolutions économiques se fondent sur des révolutions scientifiques, lesquelles dépendent d’une recherche fondamentale libre et non finalisée. Or, sous ce même ministre, la situation du FNRS s’est grandement détériorée – même si, depuis la chute du gouvernement wallon PS-CDH et donc le maintien pour Marcourt de son seul poste de ministre communautaire, une enveloppe de huit millions a été dégagée. Les recherches appliquées wallonnes ont certes vu leurs budgets décuplés, mais finalisées et bien ancrées, sous la tutelle d’une administration pour le moins tatillonne. Et ce n’est pas le nouveau ministre de l’Industrie et de la Recherche, un autre régionaliste principautaire affiché, qui y changera quelque chose.

Bref, aux yeux de Marcourt, mieux vaut une recherche sous tutelle qu’une recherche libre.

Le dernier pas avant le triomphe ?

Quand des initiatives viennent contrecarrer ses desseins – comme les projets de fusion entre l’UCLouvain et Saint-Louis, ou entre l’Ihecs et l’ULB –, Marcourt dépose des décrets de fusion inacceptables ou joue la stratégie du pourrissement et de l’atermoiement pour briser toute tentative de prise en main de leur destin par les acteurs de l’enseignement supérieur. La stratégie de Marcourt contre les universités libres est peut-être moins frontale que celle d’Orban en Hongrie ou d’Erdogan en Turquie, mais vise les mêmes fins : une mise sous tutelle de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Face à ce projet désastreux, il faut espérer à la fois que les forces internes du PS sauront y faire barrage et que les électeurs ne seront pas (plus) dupes de ce clientélisme ancestral qui éloigne une partie du PS de ses idéaux socialistes. Il y va aussi notoirement de l’avenir de Bruxelles, qui se trouverait étranglée par deux projets régionalistes, au Nord et au Sud. On ne peut évidemment pas reprocher à des responsables politiques de se battre pour l’essor de leur ville ou de leur région ; mais on ne peut le faire lorsque ces efforts se font ouvertement contre les intérêts des autres partenaires nationaux – le reste de la Wallonie et Bruxelles. Surtout Bruxelles : une Flandre nationaliste et une Wallonie régionaliste ne se préoccuperont jamais du financement d’une métropole multiculturelle et à fort enjeu d’intégration sociale. Mais qu’elles le veuillent ou non, qu’elles l’apprécient ou non, Bruxelles demeure la seule ville belge de renommée internationale ; la Flandre comme la Wallonie profitent énormément de ce rayonnement. Il serait opportun qu’elles se rappellent que les principes de solidarité doivent aussi être maintenus entre les régions, autant qu’entre les citoyens.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1€ pour 1 mois
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct