Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

© Belga
© Belga

Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

Une recomposition potentielle du paysage politique de notre pays est en tout cas préfigurée par les chiffres d’intentions de vote que nous publions et qui font des verts la première force politique du pays. C’est un sacré bouleversement car il est caractérisé par de nouvelles balises qui cassent la segmentation habituelle de notre pays.

Primo, les verts amènent de nouveaux thèmes et forcent les autres partis à développer les actions à mener pour le climat. Avec tous les choix de fond difficiles à faire tant ils impactent le citoyen et l’industrie, mais avec aussi tous les arbitrages à opérer dans un budget qui est déjà explosé.

Secundo, cette force verte s’impose au nord comme au sud du pays. C’est absolument atypique dans un pays qui vit depuis des années avec des paysages politiques différents de chaque côté de la frontière linguistique et qui faisaient surtout ces derniers temps le grand écart entre le PS dominant au sud du pays, et la N-VA surpuissante au nord.

Tertio, la percée de Groen, deuxième parti en Flandre, met à mal la traditionnelle domination de la droite, ou en tout cas du centre droit au nord du pays. C’est en soi assez inédit.

On avait déjà constaté à quel point les résultats des verts aux élections communales et les mouvements des citoyens « Pour le climat » qui ne cessent d’envahir les rues ont déjà sérieusement bousculé les états-majors politiques traditionnels. Ce sondage ne fera qu’amplifier leur désarroi et leur grande nervosité. Seule la N-VA, pour le moment, peut en effet se dire qu’elle conserve sa position de premier coq sur son territoire : Ecolo détrône le PS et le MR à Bruxelles, et talonne les libéraux en Wallonie.

Il sera de bon ton de se rassurer dans ces familles traditionnelles, en se disant – ce qu’elles font toutes pour le moment – que tout cela n’aura qu’un temps. Et que l’électeur volatile finira par se lasser de sa dernière coqueluche verte, comme il l’a fait pour le PTB, Défi et le CDH qui payent ici cash la montée d’Ecolo. Il est vrai que beaucoup de temps nous sépare encore des élections et qu’il ne s’agit que d’un sondage. Mais l’échéance se rapproche et les partis vont devoir prendre leurs paris. Pas simple dans un contexte où les citoyens ont pris possession de l’espace traditionnellement dominé par les hommes politiques.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1€ pour 1 mois
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct