Faut-il rapatrier les djihadistes belges détenus en Syrie et en Irak?

Selon les chiffres de l’Ocam, sur les 422 foreign terrorist fighters qui ont quitté le territoire depuis le début du conflit syrien, 130 sont déjà rentrés au pays et 142 sont officiellement décédés.
Selon les chiffres de l’Ocam, sur les 422 foreign terrorist fighters qui ont quitté le territoire depuis le début du conflit syrien, 130 sont déjà rentrés au pays et 142 sont officiellement décédés. - Reuters.

Cette injonction, dans un contexte de retrait des troupes américaines de la zone de conflit, force les principaux États européens concernés à (re)considérer la problématique et à se prononcer sans ambiguïté sur le sort qui sera réservé à ceux qui se sont engagés dans la voie du terrorisme. Et qui, aujourd’hui, croupissent dans les geôles syriennes ou irakiennes.

Combien sont-ils ? Selon les chiffres que nous communique l’Ocam, sur les 422 foreign terrorist fighters (FTF) qui ont quitté le territoire depuis le début du conflit syrien, 130 sont déjà rentrés au pays et 142 sont officiellement décédés. Théoriquement, la Belgique serait donc contrainte de gérer le retour de 150 Belges mais dans les faits, seule une partie d’entre eux a survécu aux bombardements et aux exécutions que l’État islamique réserve aux déserteurs et à ceux qu’elle suspecte de trahison. C’est donc sur la base d’un chiffre noir que les autorités doivent évaluer l’ampleur du phénomène.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct