Buizingen: pour les experts, rien n’indique que le feu était vert

Le 15 février 2010, 19 personnes ont perdu la vie et des dizaines d’autres ont été blessées dans la pire catastrophe de l’histoire ferroviaire de notre pays.
Le 15 février 2010, 19 personnes ont perdu la vie et des dizaines d’autres ont été blessées dans la pire catastrophe de l’histoire ferroviaire de notre pays.

Après neuf longues années d’enquête et de procédure, la première véritable audience du procès de la catastrophe ferroviaire de Buizingen se tenait ce mardi devant le tribunal de police de Bruxelles. Le collège d’experts qui a rédigé les trois rapports sur les causes de l’accident qui est survenu le 15 février 2010, venait y défendre ses conclusions. Au centre de la séance de questions-réponses de cette matinée, le signal franchi par le train L3678 Louvain-Braine-le-Comte. Le conducteur du convoi est suspecté d’avoir ignoré un feu rouge, avec la conséquence que l’on connaît : le train a poursuivi son chemin et est entré en collision avec l’IC1707 Quiévrain-Liège-Guillemins qui coupait sa route, causant la mort de 19 personnes. Depuis les premières heures qui ont suivi la catastrophe, le conducteur du train L maintient que le feu était bien vert.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct