Chastel, le politique qui ne voulait être ni ministre ni président

A la présidence, Olivier Chastel a accepté le jeu de rôles avec son ami Charles. «
Je ne me suis jamais dit que j’étais le maître absolu du MR.
»
A la présidence, Olivier Chastel a accepté le jeu de rôles avec son ami Charles. « Je ne me suis jamais dit que j’étais le maître absolu du MR. » - Reporters.

Pendant ces quatre années à la présidence du MR, on a parfois jugé en interne Olivier Chastel «  trop discret  », trop «  peu présent médiatiquement  », pas assez au combat pour les idées bleues. Certains pointaient un côté «  dilettante  ». Les plus cyniques chuchotant que «  si tous avaient été d’accord de porter ce michelien à la présidence, c’est qu’il ne gênait personne  ». Les plus amènes jugeant au contraire que s’il avait été élu avec 94 % des voix, c’est qu’il était capable, lui, de travailler avec tout le monde (comprenez : tous les clans). Ces dernières semaines, on le disait «  affecté  », «  triste  », voire «  déprimé

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct