Comment Philips crée notre jumeau numérique, utile cobaye médical

Des techniciens de radiologie testent des casques de réalité virtuelle qui permettent de s’entraîner à faire des IRM de patients sans que ceux-ci ne doivent bouger.
Des techniciens de radiologie testent des casques de réalité virtuelle qui permettent de s’entraîner à faire des IRM de patients sans que ceux-ci ne doivent bouger. - D.R.

Pour pénétrer dans les laboratoires ultra-secrets du géant de l’électronique Philips, installés à Eindhoven, à vingt kilomètres de la frontière belge, nul besoin de passer de hautes barrières et de zigzaguer entre les miradors. Le campus local ressemble davantage aux campus californiens de la Silicon Valley. Mais sauce hollandaise : il y a davantage de vélos que de voitures dans les parkings qui bordent une série de bâtiments de hauteur limitée, regroupés autour d’un lac artificiel. La société séculaire a su prendre le tournant de l’utilisation mesurée des ressources et de l’écologiquement rentable. Peu visible, la sécurité est toutefois omniprésente : si les portes s’ouvrent devant vous, elles se verrouillent ensuite dans un chuintement définitif. Appareil photo et portable interdits, itinéraire balisé, sens unique, cerbère permanent. Car derrière les murs, d’autres prototypes grandissent en secret. On les découvrira sans doute d’ici cinq ans dans un hôpital… ou à la maison.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct