Le dernier kilomètre, à la force du genou

Michael Darchambeau, d’Urbantz.
Michael Darchambeau, d’Urbantz. - D.R.

Dans la livraison de colis, le « dernier kilomètre » participe grandement à la congestion dans les villes. « Près de 30 % de la circulation urbaine, c’est du transport de personnes ou de marchandises », détaille Michael Darchambeau, cofondateur de la start-up Urbantz. Celle-ci a développé une technologie qui crée pour les enseignes clientes (comme Metro ou Auchan) une tournée de livraison optimisée. « Le coût du dernier kilomètre de l’envoi d’un colis représente 20 à 30 % du coût total du transport ».

Le plus en amont, par avion, les coûts sont en effet consolidés, puisque la capacité est autrement plus large qu’une camionnette, qui prend le relais en bout de course. La fin du transport, c’est du temps perdu sur la route et potentiellement une porte close qui oblige les transporteurs à repasser plusieurs fois au domicile du destinataire.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct