lesoirimmo

Vers une «Silicon Valley» du savoir en Europe

Passé 17h, les navetteurs quittent le site universaitaire et lieu se dépeuple
: une ambiance académique assez particulière.
Passé 17h, les navetteurs quittent le site universaitaire et lieu se dépeuple : une ambiance académique assez particulière. - Bruno Dalimonte.

En descendant du train reliant Luxembourg-Ville à l’ancien site sidérurgique de Belval, le paysage est saisissant. Les cheminées d’anciens hauts-fourneaux se dressent dans le ciel. Des entrepôts perclus de mousse côtoient des bâtiments ultramodernes. L’ambiance oscille entre futurisme et « steam-punk ». Ex-usine Arcelor Mittal, ce site accueille depuis trois ans la dernière-née des universités européennes : l’Université du Luxembourg (Uni.Lu).

« Une sorte d’hommage à ce qui a fait la richesse du pays : notre passé industriel », explique Erna Hennicot-Schoepges, ancienne ministre de l’Enseignement supérieur. C’est sous son mandat que la loi créant l’université a été votée. « Une manière de s’ancrer dans l’histoire et la tradition », ajoute-t-elle en contemplant le dernier bâtiment construit sur le site : une bibliothèque high-tech au design inspiré de la fumée des hauts fourneaux.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct