Au Luxembourg, une université pour les chercheurs

A Belval, c’est le site de l’ex-usine Arcelor Mittal qui accueille depuis trois ans la dernière-née des universités européennes.
A Belval, c’est le site de l’ex-usine Arcelor Mittal qui accueille depuis trois ans la dernière-née des universités européennes. - Bruno Dalimonte.

Quinze ans. L’âge de l’adolescence. Créée en 2003, l’Université du Luxembourg (Uni.Lu) est la plus jeune du continent européen. Après avoir déménagé deux de ses trois principales facultés de la capitale, Luxembourg-Ville, à l’ancien site sidérurgique de Belval, l’institution poursuit son ascension (rapide) dans les classements internationaux. Comment construit-on une université de zéro au XXIe siècle ? Comment développer une renommée et une vie étudiante florissante ? Quels impacts pour le voisin belge avec qui les relations sont prolixes, notamment via l’université de la Grande Région ?

Véritable laboratoire, l’Uni.Lu continue de se développer. Elle a misé sur la recherche, n’accueillant que 6.366 étudiants… de 113 nationalités différentes. Parmi eux, 3.428 sont issus d’un autre pays de l’Union européenne (UE). Les Belges en représentent 6,36 %.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Europe