Protection des données: la Belgique toujours «frustrée»

Pour Willem Debeuckelaere le fait que lorsqu’une plainte est déposée dans un pays, l’autorité de celui-ci n’est pas automatiquement celle qui se charge de l’affaire est le cœur du problème.
Pour Willem Debeuckelaere le fait que lorsqu’une plainte est déposée dans un pays, l’autorité de celui-ci n’est pas automatiquement celle qui se charge de l’affaire est le cœur du problème. - Photo News

La Belgique accumule les frustrations en ce qui concerne la mise en œuvre du règlement général de protection des données (RGPD), une réalité partout dans l’Union européenne depuis le 25 mai dernier.

En novembre dernier, le président de l’ancienne commission de la vie privée belge, Willem Debeuckelaere, nous expliquait que la transition vers le statut d’autorité de protection des données tirait en longueur et que l’autorité avait du mal à tenir le rythme.

Ce mardi, Debeuckelaere a exprimé sa « frustration » devant le Parlement européen du fait que la Belgique n’était pas « cheffe de file » sur certaines enquêtes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct