En Allemagne, la fin du mythe d’un «bon» empire colonial

Le massacre des Hereros et des Namas, à partir de 1904, entraîna la mort de 80
% des autochtones insurgés et de leurs familles.
Le massacre des Hereros et des Namas, à partir de 1904, entraîna la mort de 80 % des autochtones insurgés et de leurs familles. - Interfoto.

De notre correspondant à Berlin

Les 19 crânes d’indigènes africains avaient été oubliés dans les caves de l’hôpital de la Charité, à Berlin. Ils viennent seulement d’être restitués, en août 2018, aux descendants des Hereros et des Namas qui s’étaient fait exterminer par les troupes coloniales allemandes entre 1904 et 1908. L’affaire n’est pas sans rappeler les 14 crânes congolais au cœur du débat sur les «restes humains» conservés en Belgique (Le Soir du 16 février).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct