Venezuela: un «parfum de guerre froide»

Juan Guido, le président vénézuélien autoproclamé, toujours en quête de soutien international accru, s’est rendu au siège de l’Union européenne à Brasilia, dès son arrivée au Brésil, jeudi.
Juan Guido, le président vénézuélien autoproclamé, toujours en quête de soutien international accru, s’est rendu au siège de l’Union européenne à Brasilia, dès son arrivée au Brésil, jeudi. - Sergio Lima/ AFP.

Le Conseil de sécurité vote jeudi sur deux projets de résolution concurrents sur le Venezuela. Le premier est porté par les Etats-Unis, le second par la Russie. Tous deux sont voués à l’échec par veto interposés. Diverses sources diplomatiques parlent d’ailleurs de «  parfum de guerre froide  ».

Le texte américain appelle à une « solution pacifique », une élection présidentielle « libre, juste et crédible » et à des « livraisons d’aide humanitaire sans entraves ». A la différence du premier texte proposé début février, le projet amendé soumis aux 15 membres du Conseil n’apporte plus « un plein soutien » à l’Assemblée nationale dirigée par l’opposant Juan Guaido.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct