Michel d’Alessandro, pompier: «Quand l’adrénaline est tombée j’ai eu les larmes aux yeux»

Michel d’Alessandro, pompier bénévole, loue les bénéfices du soutien de l’Appui psychologique.
Michel d’Alessandro, pompier bénévole, loue les bénéfices du soutien de l’Appui psychologique. - Michel Tonneau

L’attentat du 29 mai dernier au boulevard d’Avroy, la fusillade place Saint-Lambert, l’explosion de la rue Saint-Léopold et celle de Ghislenghien sont autant d’événements traumatisants, pour la population mais aussi pour les services de secours, comme les pompiers, les policiers et les urgentistes. Ces traumatismes viennent s’ajouter au quotidien déjà chargé d’un point de vue psychologique ; une routine qui peut blesser, abîmer, user, écorcher et même de façon invisible.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct