Le prince héritier du djihad traqué

Séparé de son père après le 11 septembre, Hamza ben Laden a continué à lui écrire. Dans ses lettres, il se dit «
forgé dans l’acier
» et «
prêt pour la victoire
».
Séparé de son père après le 11 septembre, Hamza ben Laden a continué à lui écrire. Dans ses lettres, il se dit « forgé dans l’acier » et « prêt pour la victoire ». - EPA

Au lendemain des attentats du 11 septembre, la Maison Blanche promettait une récompense de 25 millions de dollars pour toute information permettant de capturer l’ennemi numéro 1 des États-Unis, Oussama ben Laden. Près de vingt ans plus tard, c’est au tour de l’un de ses fils, Hamza, d’avoir sa tête mise à prix. Le département d’État a fait savoir qu’il était prêt à offrir un million de dollars à celui ou celle qui l’aiderait à identifier le terroriste ou à le localiser.

Âgé de 29 ans, Hamza ben Laden a toujours été considéré comme une menace par les services de renseignements américains – c’est d’ailleurs valable pour l’ensemble du clan ben Laden – en raison de son statut de successeur désigné à la tête d’Al-Qaïda. Éclipsée par le conflit irako-syrien et la montée en puissance de l’État islamique, la nébuleuse est néanmoins restée bien présente dans la zone de conflit ces dernières années.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct