Cameron Vandenbroucke: «Les gens croient que je vais gagner parce que je suis la fille de Frank»

©Mathieu Golinvaux/Le Soir
©Mathieu Golinvaux/Le Soir

La maison blanche que Frank Vandenbroucke occupait voici 20 ans n’a pas changé. Désormais, ses parents, Chantal et Jean-Jacques y ont installé leurs souvenirs en même temps que leur retraite après avoir cédé leur hostellerie sur la place de Ploegsteert. Rien n’a changé, sinon les photos, innombrables, qui ornent les pièces des souvenirs heureux, car les clichés ne retiennent que le sourire, enchanteur et séduisant, du fils tragiquement disparu.

Rien n’a changé non plus à l’échelon de la vie sociale des Vandenbroucke. Les portes sont rarement fermées, on y sert le visiteur comme au bistrot et, dans le capharnaüm qui lui sert de jardin et de véranda, « papy » Jean-Jacques bricole toujours ses vélos, ajuste les roues, écoute avec l’oreille de l’accordeur de piano le doux cliquetis du dérailleur.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct